Témoignage : Polyamour, dis moi qui tu es, dis moi si j’en suis

Tiphaine nous a fait l’honneur de rédiger un article complet sur une chose qui la touche intimement : sa vision de l’amour avec un grand A. Elle nous livre son témoignage tout en sincérité. Chez Les Belles Plantes nous croyons que la diversité fait la richesse de ce monde, c’est pourquoi nous voulons donner un peu d’espaces aux gens pour exprimer leur point de vue, si singuliers peuvent-ils paraître.

8460db15a910507c43b515d774df1ee2


Peut être toi aussi as tu ressenti ce malaise. Quand à ton adolescence, à la découverte des premières émotions amoureuses, on t’a vendu la fidélité comme le Bien et tout autre schéma comme le Mal. C’est d’ailleurs peut être dans ses fleurs que toi aussi tu as noyé ton chagrin. C’est peut être à Woodstock et au temps des hippies “libérés” que tu rêvais toi aussi.
Toi aussi, cette réalité édulcorée et formatée, ça ne t’avais pas plus convaincu que le 11 septembre et Ben Laden.

“Je crois qu’en amour, le couple n’est pas l’idéal “

De Disney à tes parents, en passant par toute la bien pensance de tes amis (qui ne veulent que ton bien), tu n’as fait qu’entendre “tromper c’est mal” ou encore “l’Amour Véritable n’est partagé qu’entre deux personnes, je te souhaite que ça t’arrive à toi aussi, parce que moi avec Tony c’est comme ça…” ou encore  “faut pas t’en vouloir d’avoir envie de vivre ta jeunesse à fond, profites, un jour tu sauras que c’est Lui et pas un autre”.
Et puis par chance, tu avais cette amie, qui comprenait ta version de l’amour et te parlait de films et de livres qui ouvrait des fenêtres. Alors tu t’es senti moins seul, tu as voulu mieux comprendre ce démon que tu avais au cœur et le transformer en quelque chose de beau et de vivable.

“J’ai une moralité douteuse.

-ah oui ?

-oui, je doute de la moralité des autres”

Après avoir maladroitement tapé “polygamie” sur Google, tu as vécu une épiphanie en découvrant le film Short Bus, tu t’es penché sur le couple De Beauvoir/Sartre, sur la fameuse maison du couple Frida Kahlo/Diego Rivera, tu as regardé Jules et Jim, César et Rosalie et tu as trouvé ces quelques définitions sur Wikipédia.

  • La polyfidélité, dans laquelle plusieurs relations sentimentales et sexuelles sont restreintes à certains partenaires spécifiques dans un groupe.
  • Les relations secondaires, qui distinguent les relations « primaires » des « secondaires » (par exemple, le mariage ouvert).
  • La polygamie, polygynie ou polyandrie, par laquelle une personne contracte un mariage avec plusieurs époux, eux-mêmes liés, ou non, par d’autre mariages.
  • Les relations de groupe ou mariages de groupe, par lesquels tous les membres d’un groupe se considèrent également liés les uns aux autres. Le concept est illustré dans En terre étrangère (Stranger in a strange land) et Révolte sur la Lune (The Moon is a harsh mistress) de Robert A. Heinlein, et dans les ouvrages de Robert Rimmer. Ils sont aussi largement abordés dans les séries Star Trek: Enterprise et Caprica.

 

  • Réseaux de relations entre des personnes d’accord sur l’« amitié sans frontières

Eh, si Wikipédia en a des définitions, c’est bien que ce je suis est justifiable non ?

Reste à comprendre quelle définition me convient le mieux, ou en inventer un mix.

“c’est quoi Aimer ? “

-”Ça ne s’explique pas, quand ça t’arrive, tu le sais.”

Bin oui, ça serait triste, aimer n’a pas une seule et unique définition, elle se décline en autant de possibilités que de personnes vivantes, et pour mon cas, ça a été difficile de le faire accepter ou comprendre.

Ce n’est d’ailleurs toujours pas le cas, mais au moins j’ai appris à savoir qui j’étais, ce que je voulais et ce que je voulais pas, comme me persuader une nouvelle fois que je suis “anormale” et qu’il FAUT que je sois “réglo” pour être heureuse et rendre heureux les gens que j’aime.

Non non, en fait je crois qu’il n’est pas obligatoire d’être en couple, je crois que l’idée de dormir toutes les nuits de ma vie dans le même lit conjugal m’angoisse, je crois que l’amour est partout et mérite d’être rencontré. Je ne crois pas que mon amour se divise par le nombre de personne dont je suis amoureuse, je pense qu’il se multiplie. Je crois que mon coeur respire comme ça et que mon amour est pas plus impur que celui de la belle au bois dormant.

La seule problématique qui me touche maintenant n’est plus de changer ou devenir meilleure, mais d’être honnête envers moi même tout en ne faisant pas souffrir.

 

 

tumblr_noqd01OSKg1skn4rto1_500

 

Il n’y a pas plus absurde que de dire  “L’amour libre, oui, mais il y a des règles à respecter”. Pourtant l’amour libre apporte son petit lot de déviances possibles et l’enfer est à la clé à tous les coups !

Être honnête, être cohérent, essayer d’expliquer l’inexplicable, ne pas s’embourber dans des situations humiliantes pour soi ou pour l’autre, voilà le vrai défi. Leur faire comprendre que “j’espère qu’ils ne m’en veulent pas pour mes infidélités, parce que fondamentalement, je suis fidèle.” Ernest Hemingway.  Je peux dire aujourd’hui que j’ai 3 amours, 3 amours différents, tous aussi indispensables.

Il y en a un avec qui ça dure depuis 5 ans, celui qui a été le premier a comprendre cette vision de l’amour et la partager. J’ai vécu avec lui les plus grandes folies et je l’aime d’un amour qui n’a même pas besoin d’être physique, nous nous voyons peu, nous pouvons nous voir sans concrétiser cet amour, pourtant c’est bien en ces termes que nous nous définissons. Nous nous connaissons profondément et nous faisons confiance, nous sommes un repère l’un pour l’autre et n’avons pas besoin de traduire cet amour en couple ou en l’exposant au monde entier. Il existe, c’est indéniable et ça suffit.

Il y en a un autre que j’aime depuis 3 ans. C’est bien différent, j’en suis amoureuse. Nous ne sommes clairement pas faits l’un pour l’autre et nous nous sommes beaucoup fait souffrir, mais quelque chose de fort et d’inexplicable me ramène toujours à lui. Il est mon affreux Nemesis et j’espère un jour lui faire des mômes.

Et puis récemment je me suis attachée à une autre personne, que j’aime profondément dans la certitude que notre relation fusionnelle ne durera pas(amour de vacances). Le caractère éphémère de notre relation fait que nous la consumons par les deux bouts, et je m’imagine que notre lien existera toujours, qu’on se reverra peut être, qu’on s’écrira sûrement, et nous parlons d’un jour faire un voyage ensemble au bout du monde.

love-poly-and-live-happy

Dans tout ça, je suis toujours célibataire, et pourtant je ressens de vifs sentiments pour ces personnes, des sentiments constants et une confiance profonde. Cependant l’expression de ces sentiments est parfois très forte pendant 1 mois, et parfois on ne se parle plus pendant des semaines… mais « c’est comme ça ».

Je ne crois pas en la fidélité, je ne crois pas en le couple, je ne crois pas non plus en l’ardeur perpétuelle. Je crois en la passion, je crois en l’indépendance, je crois que tout peut arriver, mais je crois en l’amour véritable, les liens indéfectibles entre certains êtres.

Et si tu te dis que c’est culotté de vouloir le beurre l’argent du beurre et le cul de la crémière, je crois que c’est tout à fait ça.

Merci à Tiphaine pour son chouette témoignage.

Une réflexion sur “Témoignage : Polyamour, dis moi qui tu es, dis moi si j’en suis

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s